Témoignage chrétien 01/11/2012

Tolstoï et l’iPhone 5

« Pour délivrer les hommes, il n’y a qu’un moyen : détruire les gouvernements. » Nous voilà prévenus : ce petit texte de Léon Tolstoï (1828-1910) ne fait pas dans la dentelle. Le grand écrivain russe se livre à une de ses analyses radicales qui en ont fait une icône de l’anarchisme chrétien. Les choses sont simples : des hommes se tuent à la tâche et vivent dans des conditions misérables au profit d’autres qui vivent dans le luxe. C’est donc que l’esclavage existe encore, malgré son abolition formelle. Un esclavage moderne, justifié par la science économique, comme le servage était justifié par la théologie. Les réformistes et révolutionnaires de tous poils ne proposent que des solutions partielles à ce scandale. Y compris les socialistes qui veulent changer la propriété des moyens de production pour que tout change. Illusion : la contrainte n’est jamais loin. Et qui dit contrainte, dit violence. Pour le non-violent Tolstoï, pas question d’y céder. Il ne reste qu’une façon de lutter contre la violence de l’ordre établi garanti par l’État : ne pas y participer. Il faut donc refuser de faire son service militaire, de toucher la moindre pension, d’occuper des fonctions officielles, de faire appel à la police, de consommer des produits qui ont nécessité l’exploitation d’autrui. Fini, l’iPhone 5 monté par les esclaves chinois ! Utopique, diront certains… Peut-être, mais « chacun de nous doit choisir », rappelle Tolstoï. Faire le mal ou pas, ou, en d’autres termes, « aller contre la volonté de Dieu ou diriger ses efforts [...] conformément à volonté de Dieu. » Bon shopping !

Arthur Lamaze, Témoignage chrétien n° 3513, 1er novembre 2012.

Comments are closed.