Carfree, 22/12/2014

Dès les débuts du journal La Décroissance, sa rubrique sur la simplicité volontaire s’est imposée comme une des plus appréciées et des plus lues de cette publication. Dans chaque numéro, le « mensuel des objecteurs de croissance » propose un entretien avec des personnes ordinaires qui expérimentent dans leur vie quotidienne différentes manières de rompre avec le modèle dominant de la société de consommation, à l’encontre des médias dominants qui mettent en avant des personnalités ayant réussi en incarnant les valeurs de l’avoir et du paraître – on se souvient de la déclaration du publicitaire Jacques Séguéla affirmant que quiconque n’avait pas une Rolex à 50 ans avait raté sa vie…

Aujourd’hui, un livre intitulé Vivre la simplicité volontaire reprend et présente en cinq temps (« se modérer », « déserter », « militer », « bifurquer », « œuvrer ») une cinquantaine d’entretiens avec ces objecteurs de croissance qui inventent, chacun à leur manière, sans prétention ni dogmatisme, une façon de rompre avec l’imaginaire dominant pour tenter une « grève générale quotidienne contre le capitalisme ».

Complété par une histoire de la simplicité volontaire et une bibliographie, ce livre permet de s’interroger sur de nouvelles formes de contestation du capitalisme qui, bien entendu, sont, pour l’heure, insuffisantes pour le renverser, mais inventent de nouvelles pratiques pour ébranler une société qui doit se combattre d’une manière globale, en commençant par la vie quotidienne et les représentations qui l’accompagnent.

[...] pour la plupart d’entre eux, les partisans de la simplicité volontaire ne se replient pas sur un individualisme borné mais, au contraire, s’immergent dans les combats sociaux les plus cruciaux contre le mode de vie imposé au plus grand nombre par le capitalisme.

Carfree.fr, 22/12/2014

Comments are closed.