Silence n° 422

En 1872, le Britannique Samuel Butler publie le roman Erewhon, décrivant une cité utopique qui s’est débarrassée des machines suite à une guerre civile entre partisans et opposants à la technique. Influencé par les théories de Darwin, il défend l’idée selon laquelle les machines sont vouées à asseoir leur domination sur les humains et que la seule issue à cela est de les détruire avant ! De ce postulat il ressort une anticipation troublante des évolutions techniques actuelles. Sa crainte de voir les machines se reproduire trouve une actualisation dans les nanorobots autorépliquants, ses réflexions sur le mélange entre vie biologique et robotique a été dépassée par la réalité des OGM et de la biologie de synthèse, enfin sa crainte d’une fracture entre deux races d’humains, les riches dotés de « super-organismes » dominant les pauvres, est elle-même rattrapée par l’idéologie et les expérimentations du transhumanisme. Une réflexion d’une fraîcheur naïve et paradoxalement très moderne.

Guillaume Gamblin, Silence n° 422, avril 2014.

Comments are closed.