La Décroissance n°92

Relisons avec bonheur ce que Léon Tolstoï (1828-1910) écrivait sur ce récent dogme des « lois de l’économie ». Merci aux éditions Le Pas de côté de rééditer L’Esclavage moderne, traduit par Adrien Souberbielle. C’est moderne, ça date de 1900. Tolstoï nous résume la situation : le précédent clergé tout-puissant avait su expliquer pourquoi l’état des pauvres et des riches n’était pas scandaleux mais dû à des lois divines. Heureusement, « une nouvelle théorie (…) surgit en temps opportun. Cette fois elle était fournie par la science, par l’économie politique, qui prétend avoir trouvé des lois suivant lesquelles se répartissent entre les hommes le travail et la jouissance de ses produits. (…) Cette répartition dépend de l’offre et la demande, du capital, de la rente [etc.]. »

Bruno Clémentin, La Décroissance n°92, septembre 2012, p. 3.

Comments are closed.