Silence n° 448

Cette anthologie nous livre des pépites méconnues de l’opposition à l’automobile depuis ses tout débuts. Dès le 18e siècle, des habitants  de Paris bloquent les rues à l’aide de chaînes pour stopper les véhicules homicides. Lors de  la Révolution française, des pétitions circulent.  Ses auteurs se plaignent déjà que « vous ne  pouvez faire un pas sans être exposés à perdre  la vie », dénoncent les nombreux délits de fuite,  l’ivrognerie des conducteurs qui conduit à « cette  suite de meurtres non poursuivis ». Au fil du  temps, revient toujours cette critique d’un engin  aux mains d’une caste de riches, qui donne la  mort aveuglément. Cette remarquable collection de textes aura de quoi nourrir les réflexions  sur l’absurdité et les méfaits de l’automobile, et  donne à entendre une parole de révolte populaire trop longtemps passée sous silence.

Guillaume Gamblin, S!lence n° 448, septembre 2016.

Comments are closed.