Tout vert, 8 avril 2015

Décroissance : qu’est-ce que la simplicité volontaire ?

La simplicité volontaire est un mode de vie qui consiste à essayer de réduire délibérément sa consommation de biens, de services et d’énergie. Loin d’être subie cette façon de vivre aide au bonheur et à se recentrer sur des valeurs essentielles selon ceux qui la pratiquent.

Loin d’être marginale, la simplicité volontaire comme mode de vie est portée depuis des siècles par des penseurs et philosophes comme St François d’Assise, Gandhi, Léon Tolstoï, Jacques Ellul ou plus récemment Pierre Rabhi

La simplicité volontaire revêt aussi un caractère écologique dans le sens de la protection et du respect de la nature. Les valeurs familiales, d’échange et de partage sont aussi primordiales.

Portrait de trois décroissants qui ont choisi un mode de vie simple et en accord avec eux-mêmes :

Julie est une jeune femme dynamique qui vit à Marseille. Cette assistante sociale ne se déplace qu’en vélo (malgré les côtes de la cité phocéenne). Elle explique avoir choisi ce mode de transport pour la « liberté » qu’il lui apporte. Sa prise de conscience écologique est « venue plus tard ». Elle milite d’ailleurs pour la vélorution et s’investit dans de nombreuses associations éco-citoyennes, comme une ressourcerie et une épicerie paysanne. Selon elle, « la décroissance c’est comme le vélo, ça crée du lien et de la poésie ».

Paul du haut de ses 84 ans explique que la sobriété heureuse, il est né dedans ! Durant son enfance aucun superflu : tout ce qui pouvait être réutilisé l’était, d’ailleurs le ramassage des ordures ménagères n’existait pas, tout était recyclé. Il vivait dans une petite ferme avec sa famille qui produisait quasiment tout ce qui leur était nécessaire. Il se souvient qu’ils achetaient seulement les ampoules, le café, le chocolat et encore rarement… Aujourd’hui Paul a gardé ce mode de vie simple.

A 21 et 24 ans Julie et Timothée sont luthiers dans un petit village de campagne. Sans voiture ils se déplacent en vélo avec leur petite fille de 30 mois. Travailler de leurs mains leur apporte joie et sérénité, même s’ils reconnaissent qu’il n’est pas toujours évident de trouver une clientèle intéressée par des instruments haut de gamme. Tout de même, ils confient ne manquer de rien et manger bio ou local à tous les repas ! Un bel exemple de vie simple et heureuse.

Adeline Grolleau, Tout vert, 8 avril 2015.

Comments are closed.